Une minute pour DIEU 15.03.09

mercredi 15 avril 2009
par  Jean-Bernard
popularité : 5%

Bonjour !

J’ai appris qu’on vendait des églises, des chapelles, des couvents !
Ces vieux murs témoins de tant de vies humaines tournées vers Dieu se voient transformés en lieux d’exposition, en boîtes de nuit, en restaurants chics, et même en mosquées, ai-je entendu dire !
Les fidèles, devenus infidèles aujourd’hui, les ayant désertées, ces maisons de prière, dépouillées du Sacré qui les habitaient autrefois, deviennent des lieux d’argent.
Tout en comprenant, on peut en avoir mal au cœur !
C’est comme si un lien puissant de vie, venant de très loin, était profané, réduit à rien, anéanti.
J’évoque ces faits à cause de l’évangile de ce jour.
En effet, peu de temps avant sa mort, Jésus, qui fréquentait le gigantesque et somptueux Temple de Jérusalem, a eu le ventre noué.
Le dégoût, la honte, la rage se sont emparés de lui.
Ce Temple magnifique, demeure de Dieu parmi les hommes, dont le Saint des Saints abritait la présence même de Dieu au cœur de son peuple, se trouvait profané journellement par l’activité commerciale quotidienne qui s’y déroulait, prétendument au nom de Dieu.
Pire que dans un souk, la multitude des marchands d’animaux se pressait dès l’aube, des centaines de bœufs et de moutons, promis au sacrifice, beuglaient et bêlaient de peur au long des heures du jour, des changeurs d’argent échangeaient les monnaies du monde entier sans le moindre répit.
Tout ce monde, criant et puant, envahi par les mouches, la chaleur, et l’atroce odeur du sang répandu, bafouait la pureté de la foi sans se poser la moindre question le Dieu qu’il prétendait honorer.
Alors Jésus s’est fâché. Il est devenu violent :
" tu ne feras pas de la maison de mon Père une maison de trafic " !
Il y a des choses sacrées, des choses qu’il ne faut pas toucher, ni profaner car en touchant aux symboles c’est Dieu que l’on atteint.
Nous devrions réagir avec force contre la dissolution de nos repères les plus forts : en perdant Dieu, c’est nous-mêmes qui nous perdons.

A Dimanche prochain !